Laurent Wauquiez oublie qu’une ligne a fermé en #Auvergne depuis 2016 – #AuvergneRhoneAlpes

En visite à Montluçon (03) pour soutenir le projet RAILCOOP ce samedi 10 avril 2021 Laurent WAUQUIEZ a affirmé sur sa page Facebook officielle « je sais à quel point les services publics ferroviaires sont indispensables – et aucune ligne n’a fermé en Auvergne”.

Le Collectif ferroviaire se félicite de cette déclaration mais souligne une inexactitude sur la dernière partie du propos puisque quelques mois après son entrée en fonction 4 janvier 2016, Laurent WAUQUIEZ retire du Contrat de Plan Etat Région 2015-2020 le projet de régénération de la voie ferrée entre Clermont-Ferrand (Thiers-Boën) Saint-Etienne qui reliait l’ex-région Auvergne et l’ex-Région Rhône-Alpes.

Quelques mois plus tard, le 24 mai 2016, la ligne est fermée à la circulation de voyageurs et de marchandises, faute d’investissement ces dernières décennies, privant 1 million d’habitants d’une liaison ferroviaire indispensable. Depuis, le projet n’a pas été réintégré dans sa totalité. Seul le tronçon Boën-Montbrison de 8,2 km a été réouvert. Aujourd’hui, seulement les 2/3 de la ligne Clermont-ferrand Saint-Etienne sont desservis par le train.

Un choix assumé par Laurent WAUQUIEZ (Les Echos-15 novembre 2016 : “La région assume la fermeture totale de 50 kilomètres sur des axes relevant de sa seule responsabilité”).

Depuis 2016, la situation a changé. De v rais projets de territoire émergent avec des programmes ou investissements en partenariat avec l’Etat, la région Auvergne Rhône-Alpes, le Parc du Livradois Forez, le Syndicat Mixte ferroviaire du Livradois Forez, la CCI délégation Thiers – Ambert, l’intercommunalité Thiers, Dore et Montagne, et les communes de Thiers, Noirétable appelés : “Cœur de v ille, “¨Petite ville de demain”, “action logement”, “ANRU II”, “Piscine intercommunale d’Iloa”, “nouvelle offre de mobilité du Syndicat Mixte des transports du Bassin Thiernois”, “Territoire d’industrie”, “Nouvelle urbanité, nouvelle attractivité en Livradois-Forez” et ” Territoires de Nouvelles Mobilités Durables ».

De vrais projets de territoire sont en cours de construction par nos élus. Nous ne doutons pas que le déplacement de Laurent WAUQUIEZ à la rencontre des élus à Palladuc et à Celles du Durolle le 27 mars dernier aura contribué à l’intégration du 1/3 restant de ce tronçon Thiers/Boën au plan de relance ferroviaire 2021-2022.

Et ce afin que cette v oie ferrée redevienne la colonne vertébrale de ce transport en commun de masse qu’est le train dans notre maillage
territorial tant pour les nombreuses filières des entreprises locales, les personnes âgées, les scolaires, les étudiants, les touristes, les salariés, les familles en leurs permettant de s’ouvrir sur le monde.

    • Au format pdf.

Soutien de la Métropole de Clermont-Ferrand en faveur de la ligne TER Boën-Thiers – 2 Avril 2021 – @RegionAuvergneRhoneAlpes @ClrmntMetropole

    • Au format pdf.

Vœu relatif à la remise en service de la ligne TER entre Thiers et Boën.

Conseil Métropolitain – 2 avril 2021 :

    • Approbation du vœu pour la remise de la ligne TER entre Thiers et Boën Pour la réouverture de la ligne ferroviaire Clermont Ferrand – Saint Etienne – Lyon et de la section Thiers-Boën suspendue depuis 2016.

Vous êtes habitant.e.s de tout âge, étudiants, entrepreneurs, associations, institutions, élus… participez à l’enquête sur les mobilités autour du train en vous rendant sur :

Vivre à Courpière – fermeture de la ligne ferroviaire Thiers – Boën

Vous êtes habitant.e.s de tout âge, étudiants, entrepreneurs, associations, institutions, élus… participez à l’enquête sur les mobilités autour du train en vous rendant sur :

« La #SNCF a laissé pourrir cette ligne à petit feu », mobilisation à Thiers (Puy-de-Dôme) pour rouvrir le tronçon ferroviaire jusqu’à Boën (Loire)

« La SNCF a laissé pourrir cette ligne à petit feu ». Jean, cheminot à la retraite, qui « connaît cette ligne sur le bout des doigts », a la gorge serrée quand il s’exprime au micro.
…/…

Après Chabreloche, Noirétable et Boën-sur-Lignon, le Collectif ferroviaire Clermont-Thiers-Boën-Saint-Etienne-Lyon leur avait, en effet donné rendez-vous, ce dimanche 14 mars, à 10 h 30, devant la gare de Thiers. Les manifestants ont gonflé leurs rangs peu à peu jusqu’à être quelque 200 à braver un petit vent glacial. Leur objectif : demander la réouverture du tronçon ferroviaire entre Thiers et Boën-sur-Lignon de 48 kilomètres qui permettrait de rejoindre Saint-Étienne, et ainsi relier les départements du Puy-de-Dôme et de la Loire.
…/…

« Le tronçon n’est pas réintégré au réseau ferré national. La Région a demandé une étude mais SNCF Réseau a pour ordre de ne pas démanteler le tronçon seulement jusqu’en septembre 2021.  »
KARINE LEGRAND (coordinatrice du collectif)

Lire l’intégralité de l’article de Geneviève Thivat sur :

17.03.21 – Communiqué de presse du collectif pour la réouverture de la ligne ferroviaire ( Thiers – Boën ) – #AuvergneRhoneAlpes

La Région Auvergne Rhône-Alpes et l’Etat n’ont toujours pas programmé la régénération du tronçon Thiers-Boën pour permettre la continuité ferroviaire qui assure un lien entre les 3 métropoles, Clermont-Ferrand St-Etienne Lyon alors que les habitants se mobilisent autour d’une enquête pour exprimer leurs besoins.

Un nouveau succès pour cette 3ème mobilisation qui a mis à l’honneur les habitants des monts du haut Forez et de la montage Thiernoise. Des témoignages d’habitant s pour certains nostalgiques et pour d’autres tournés vers l’avenir tant pour aller au travail que pour rejoindre leur famille, mais également des déplacements pour aller consulter des spécialistes dans les grandes métropoles de la région en réduisant leur impact carbone à l’heure où il est nécessaire d’accélérer la transition écologique.

Les associations ont également réaffirmé l’importance de cette ligne de vie entre les communes et la méthode mise en place par la SNCF pour détourner les usagers du train. Dès 2007 les trains les plus fréquentés commençaient à être supprimés, puis en imposant des horaires inadaptés à la vie quotidienne des habitants, en rallongeant les temps de  transport (en 2016, il fallait près de 3 heures pour relier Clermont -Ferrand à Saint-Etienne) et enfin en fermant les gares afin d’empêcher tous croisements. La ligne SNCF Clermont Ferrand St-Etienne, une ligne jamais modernisée et jamais entretenue correctement, volontairement sacrifiée par la SNCF. Ainsi, « Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage ». La ligne était malade au crépuscule de sa fermeture et tout a été fait pour la rendre ainsi.

Les élus de tous bord dont Lezoux, St Jean d’Heurs ainsi que les 30 communes de l’intercommunalité Thiers, Dore et Montagne soutiennent le projet et se sont engagés à favoriser son inscription au CPER. Tous dénoncent ces dernières années autour de cette liaison ferroviaire l’abandon de leur territoire par la région et l’Etat.

Conformément aux engagements actés en février 2021 avec la région Auvergne Rhône-Alpes pour recenser les besoins des habitants, une enquête sur la mobilité autour du train est lancée, vous pouvez la retrouver en ligne sur www.lesmontsquipetillent.org.

Les 200 personnes présentes ce dimanche 14 mars en gare Thiers ont réaffirmé leur demande pour le retour de la continuité ferroviaire en rouvrant ce 1/3 restant de voie ferrée sur l’axe stratégique Est/Ouest le plus court qui réduit par 2 les temps de transport des personnes et des marchandises entre Clermont Ferrand-St Etienne et Lyon en la réintégrant au réseau ferré national.

Certaines d’entre elles étaient présentes en 2016 lors de la suspension de la ligne Thiers/Montbrison. Depuis 5ans, habitants, associations, syndicats, élus de tous les bords œuvrent pour cette réouverture. Un premier pas a été franchi avec le tronçon Boën sur Lignon/Montbrison. Et aujourd’hui, grâce au Challenge Mobilité organisé par la Région Auvergne Rhône-Alpes, le 25 septembre 2020, nous nous sommes fédérés en un collectif ferroviaire de défense du tronçon Clermont -Thiers-Boën-St Etienne-Lyon.

Depuis le 31 janvier 2020 à Boën, avec le soutien des élus des communes suivantes : Ambert, Arthun, Boën sur Lignon, Champoly, Chateldon, Chausseterre, Courpière, La Chamba, Les Salles, La Tuillière, Lezoux, Noirétable, St Didier sur Rochefort, St Laurent dur Rochefort, St Jean d’Heurs, St Just en Chevalet, St Priest la Vêtre, Thiers, Vêtre sur Anzon, Viscomtat,… des communautés de communes : Thiers, Dore et Montage, Pays d’Urfé,…des départements de la Loire et du Puy de Dôme… des élus de la Région Auvergne Rhône-Alpes.. et des députés des circonscriptions concernées , on peut constater que seulement trois traverses ont été posées pour une régénération complète du tronçon :

En effet, la Région a demandé à l’Etat et à SNCF Réseau :

    •  de ne pas procéder au déclassement de la section de ligne Boën – Thiers,
    • d’en préserver les installations,
    • de compléter les accords Etat – Région pour la relance du ferroviaire par une étude portant d’une part, sur le potentiel réel de fréquentation et, d’autre part, sur le coût de « régénération » estimé en 2016 à plus de 50 M€, étude dont la Région est prête à prendre en charge le financement à hauteur de 300 K€.

Le Ministre délégué chargé des Transports, Monsieur DJEBBARI saisi par les députés de la Région, a répondu qu’il souhaitait pérenniser les tronçons Clermont/Thiers et Boën/Montbrison.

Monsieur Laurent WAUQUIEZ, Monsieur Jean-Baptiste DJEBBARI, nous vous invitons afin de redynamiser et redonner de l’attractivité à notre espace rural par cette continuité ferroviaire entre Clermont Ferrand St Etienne Lyon, à intégrer cette transversale Ouest-Est la plus courte au “protocole d’accord petites lignes ferroviaires” du futur plan Etat -Région 2021-2027.

De nombreux habitants sont venus ce dimanche 14 mars exposer leur intérêt pour le transport ferroviaire dont voici des extraits :

Paroles d’habitants :

    • « Je suis très attaché à cette ligne de desserte fine et à ses communes le long du tronçon. Je suis prêt à témoigner qu’elle était très fréquentée. La SNCF a laissé mourir cette ligne a petit feu en la privant de ses moyens (…) on a réduit la vitesse, on a supprimé des arrêts, on a mis la relation sur car (…) Je souhaite que tous les élus avec l’appui de la population concernée mettent toutes leurs forces dans cette nouvelle bataille du rail ».
    •  « Le temps que je passe dans le train, c’est un temps qui n’est pas du temps de perdu, c’est un temps de travail, je suis assis, c’est com m e m on deuxième bureau, le temps de trajet bus, c’est du temps de perdu. Le trajet est plus long en bus avec des risques de bouchons. J’utilise m on vélo en ville, je le mets dans le train, en bus c e n’est pas possible. Le train évite les bouchons dans les grandes villes, on a le confort pour s’y reposer, pour travailler que l’on n’a pas avec la voiture et la souplesse des trajets »
    • « Le train est un moyen de transport essentiel, écologique et qui permet de transporter beaucoup de personnes rapidement, il est primordial de garder le train. Sans le train, c’est compliqué. Le fait de voir ce service public s’arrêter , c’est un grave erreur ».
    • « Il faut aussi que la politique tarifaire soit accessible au plus grand nombre et non concurrentielle, on ne se retrouve plus dans les tarifs. Aujourd’hui on a relié la région Auvergne Rhône-Alpes, on a déconnecté Saint -Etienne et Lyon ! ».
    • “Je ne peux pas prendre mon vélo si le retour se fait en bus” – “Le train m’a permis de rendre visite à ma famille pendant plus de 20 ans” – “Pour prendre Flixbus, je suis obligé de prendre ma voiture jusqu’à la gare de péage de l’autoroute” – “A Noirétable, on n’entend plus le train qui klaxonne” – “J’aimerai faire découvrir à mes petits-enfants les 11 tunnels de cette ligne” – “j’arrive directement dans les centres villes de Lyon ou Clermont ou Paris” – “on est tranquille, on est au chaud sans avoir besoin de poser un journée” – “Avoir un cadencement adapté aux horaires de notre vie” – “Le dimanche, je ne peux pas prendre le train pour Thiers, il arrive à 13h07 après notre repas de famille chez ma mère” – “Le train, c’est pas cher et rapide” – “On relie la région Auvergne à Rhône-Alpes et on ne peut plus y aller en train” – “A la gare, dans les présentoir, il n’y a plus les horaires à disposition sauf Thiers/Ambert”

Paroles d’associations : FNAUT, France Nature Environnement, Association du développement du FRET Ferroviaire et des Voyageurs, Association des élus et des citoyens pour la défense de la ligne ferroviaire Volvic Le Mont-Dore, CGT Cheminot, Thiers Nouveaux Mondes, La maison du Pont, Les Amis du chemin de fer, Les Monts qui Pétillent

    • « Le défi c’est d’inscrire cette ligne au prochain CPER, une étude c’est souvent le moyen d’enterrer le projet, l’autre porte d’entrée c’est le plan de relance 2021-2022, ce n’est pas la solution, il va ensuite falloir réfléchir à une exploitation attractive ! Mettre en place une offre cadencée. Pas 3 trains par jour ».
    • « Le transport par rail est peu émetteur à gaz à effet de serre, les citoyens doivent s’emparer de la question du transport ».
    • « La ligne SNCF Clermont St Etienne, une ligne jamais modernisée, jamais entretenue correctement. Sacrifiée volontairement, les trains les plus fréquentés supprimés. La ligne doit être compétitive avec des temps de parcours attractifs. Le trajet est tombé à 2h50. En 2016, la SNCF demandait 44 M€ pour la régénération ».
    • « Ce qui est scandaleux, c’est que les présentoirs pour les fiches horaires sont vides, quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage ».
    • “Il est nécessaire de mettre en place un cadencement avec 1 train toutes les heures avec une exploitation moderne et un temps de parcours réduit” – “Clermont -St Etienne, 1h53 en bus s’il n’y a pas d’embouteillage, 1h40 en train”. – “Une liaison Clermont -St Etienne-Lyon digne de ce nom” – ” Au temps de la civilisation connectée, et du confinement avec la hausse des achats en ligne, le transport de marchandises par la route augmente” – “Expression d’un projet commun de résilience de plusieurs territoires sur l’axe Clermont -Lyon” – “La France des avantages fiscaux pour le transport routier de marchandises” – “En 2016, l’exécutif de la région a fait le choix de suspendre la ligne” – “Passer à côté du plan de relance de 800 millions d’euros” – “Cadencement 2007, 8 aller/retour en 1h50 puis 5 puis 1 par manque de train, manque de conducteurs, les gares fermées ne permettent pas de croiser les trains” – “supprimer le train bondé et maintenir le moins fréquenté avec un temps de trajet tombé à 2h50” – “44 millions et 400 millions € pour une 2èm e autoroute Lyon / St Et ienne dont 1/10 aurait servi à régénérer la ligne” – “Faire reprendre le train aux voyageurs et au fret” – “Evitons les camions et le bus sur nos routes de montagne” – “Territoire abandonné au dictat financier” – “Le financement d’une étude ne calmera pas la mobilisation” – “Le train pollue 50 fois moins que la circulation routière et 40 fois moins qu’un avion” – “trouvons un consensus politique pour l’aménagement du territoire et le développement durable” – “C’est une superbe voie” – “Envisager une halte en gare de Celle pour venir aux ateliers, aux conférences ou expositions” – “L’état a créé des régions de grandes dimensions, le train des métropoles Grenoble-Lyon-Clermont évite les transbordements avec les personnes âgées ou les familles avec des enfants” – “Ligne Est/Ouest” – “Le train est une colonne vertébrale pour accéder au monde et pour que le monde puisse venir à notre rencontre” – “Habitante, habitant participez à la construction de l’arrivée du train” – “Osez rêver le train de demain” –

Paroles d’élus : André Chassaigne représenté par Julien Brugerolles collaborateur parlementaire, Julien Borowczyk, député, Cécile Cukierman, sénatrice et conseillère régionale, Anna Aubois, conseillère régionale, Bernard Frasiak, maire de Jean d’Heurs, Ismail Macna, conseillé municipal ville de Lezoux, Tony Bernard, président de la communauté de communes Thiers, Dore et Montagne, Nicolas Bonnet, 2ème adjoint à la ville de Clermont-Ferrand, Annie Chevaldonné, conseillère départementale, Caroline Dalet, conseillère départementale, Grégoire Verrière, conseillé municipal Courgoul.

    • « 50 M €, c’est très facile à mobiliser pour régénérer cette voie, la région peut l’autofinancer, certes on peut l’inscrire dans le CPER, il est aussi possible de le faire avec des crédits régi on. Si l’Etat est prêt à y aller, alors LW n’aura pas le choix pour l’inscrire au CPER ».
    • « La SNCF, une organisation très cynique ».
    • « Le train, c’est le lien, c’est le service public, le train c’est quelque chose qui assure l’égalité entre citoyens ».
    • « Le train est un sujet d’intérêt général, à la fois économique, social, la tarification est importante, il n’est pas à démontrer l’intérêt écologique du train, il n’est plus à démontrer l’intérêt social du train, c’est le moyen de transport le plus efficient pour faire baisser les couts et accéder à la mobilité avec un cadencement ».
    • « Le temps est aux mobilités décarbonés et la revitalisation de nos petites villes et de nos territoires ruraux et pour cela le train est la bonne solution pour préserver la biodiversité et lutter contre le réchauffement climatique ».
    • « On nous oppose la rentabilité économique, nous on oppose la rentabilité écologique. Quand on fait le choix de 220 M€ sur du goudron, alors on est capable de faire le choix de 50M€ sur du ferroviaire, c’est écologique et sécurisé, c’est le service public qui perm et l’égalité de traitement pour toutes et tous »
    • “Loi climat pas de train” – “Fret ou petites lignes : Rien dans la loi climat” – ” On n’est pas au temps de études, on est au temps de l’engagement” – “comprendre la mobilité fine, la mobilité de tous les jours” – “Comment on fait pour le dernier km pour rentrer chez soi depuis la gare ?” – “Un trait d’union entre Lyon/St Etienne/Clermont” – “Inscription au CPER” – “Au-delà de relier les grandes métropoles, c’est relier les communes de notre territoire” – “Droit fondamental de se déplacer pour travailler, se former, s’épanouir, rencontrer l’autre et construire des communs” – “Nous nous retrouvons pour la 3ème fois en 3 mois” – “50 millions peuvent être financé par la région” – “Au cœur de notre territoire, il y a 8 trains par jour” – “Sur la RD2089, 6000 véhicules par jour dont 450 camions par jour” – “Un lien entre 3 métropoles et le service public” – “40 malheureux km pour permettre à notre région d’avancer” – “l’ombre des bus revient – “Revitaliser nos petites villes et nos territoires par des trains du quotidien, et des trains pour rejoindre les métropoles” – “Solidarité des territoires pour les hommes et les femmes” – “Axe stratégique Est/Ouest ou Ouest/Est

Les extraits vidéos seront prochainement mis en ligne sur notre chaine YouTube letrain634269.

@villedethiers : Une centaine de personnes manifestent pour le rétablissement de la ligne Thiers-Boën – #AuvergneRhoneAlpes

Une centaine de personnes ont manifesté ce dimanche matin devant la gare de Thiers pour le rétablissement du tronçon Thiers-Boën sur la ligne ferroviaire Clermont-Thiers-Boën-Saint-Etienne-Lyon.

Fermeture définitive de la ligne prévue pour juillet prochain

Aujourd’hui on se sent abandonnés, raconte Karine Legrand, coordinatrice du collectif citoyen opposé à cette fermeture, nous demandons que soit pris en charge la rénovation de la ligne dans le prochain contrat de plan Etat-région.”

Parmi les manifestants se trouvent beaucoup d’anciens usagés, comme Annie, habitante de Thiers : “Je prenais la ligne pour aller à Lyon avant, maintenant il faut prendre le bus ou prendre plusieurs trains, ça prend la journée.”
…/…

Beaucoup de gens à Thiers travaillent à Clermont, à Montbrison, beaucoup d’entre eux veulent pouvoir aller travailler en train, c’est très important pour l’attractivité de notre ville.

Lire l’intégralité de l’article sur :

Mobilisation contre la fermeture de la ligne entre Thiers et Boën dans la Loire – #AuvergneRhoneAlpes

Devant la gare de Thiers, dans le Puy-de-Dôme, dimanche 14 mars, à 10 h 30, il y avait du monde. Une centaine de personnes était présente pour contester la fermeture de la ligne de train régional qui relie Thiers à Boën, dans la Loire. C’est la troisième mobilisation organisée par un collectif d’usagers. Karine Legrand en est la coordinatrice. “C’est la transversale la plus courte entre Clermont-Ferrand et Saint-Etienne et elle permet de diviser par deux les coûts de transport”, explique l’usagère.

50 millions d’euros sont nécessaires pour rénover la ligne

Depuis des mois, les usagers du Puy-de-Dôme et de la Loire se mobilisent. Inaugurée en 1877, la ligne a été suspendue depuis 2016, faute d’entretien. 8,3 millions d’euros ont été investis par la Région, l’Etat et Loire Forez agglomération. Ce qui a permis de rétablir des rames entre Montbrison et le Pays d’Astrée. Aujourd’hui, les usagers prennent un train entre Clermont-Ferrand et Thiers, puis un bus entre Thiers et Boën, pour reprendre un train entre Boën et Saint-Etienne.
…/…

Lire l’intégralité du reportage sur :

 

Ligne ferroviaire Boën-Thiers : entre optimisme et inquiétude chez les défenseurs de la ligne

L’annonce par la région Auvergne-Rhône-Alpes du financement d’une étude de diagnostic a ajouté une dose d’optimisme chez les défenseurs de la ligne. Même si chacun attend que la théorie s’efface au profit des décisions réelles.
…/…

Une annonce dont le collectif ferroviaire Clermont-Thiers-Boën-Saint-Étienne-Lyon a pris acte le 21 février, jour où Laurent Wauquiez indiquait son intention de lancer une étude sur la possibilité de rétablir la continuité ferroviaire entre Boën et Thiers, en restant toutefois prudent quant aux suites à donner à cette annonce.
…/…

« 300 000 € c’est énorme pour actualiser une étude précédente »

Une première pique dans un dossier où la politique s’insinue doucement. Une infiltration que le comité voudrait voir s’arrêter au plus vite, estimant que cette bataille doit aller au-delà des clivages. Ce qui ne l’empêche pas d’être surpris par la somme annoncée pour l’étude: « 300 000 € c’est énorme car il s’agit simplement d’actualiser une étude précédente, note Karine Legrand. En interne, nous avons trouvé des cabinets qui peuvent le faire pour 6 000 euros. »
Un comité inquiet aussi pour la suite:

    • « Il ne faut pas manquer le coche, poursuit la coordinatrice. Sinon ce sera définitivement mort. »

D’où sa volonté de voir des interlocuteurs neutres. Sur ce point, la Région tient à rassurer :

    • un cabinet indépendant de SNCF réseau, le gestionnaire des infrastructures ferroviaires en France, sera désigné.
      …/…

Christophe Bazile :

    • « L’État doit mettre la main au portefeuille »
    • « Il est important de savoir où on peut aller avant de dépenser 50 M€ »
    • « En profiter pour restructurer l’offre de transport »

Julien Borowczyk :

    • « C’est une étude qui a été proposée en réaction aux manifestations alors que rien n’avait été fait avant, attaque-t-il, la Région va dépenser300 000 euros pour faire passer les élections régionales et enterrera le dossier après. Je suisd’ailleurs estomaqué de voir qu’on peut sortir une telle somme en quelques heures. »
    • « Le message envoyé à l’État n’est pas clair »

Fermeture de la ligne en 2016 : deux analyses différentes :

    • Pour le collectif ferroviaire Clermont-Thiers-Boën-Saint-Étienne-Lyon :
      • c’est la SNCF qui a cherché le pourrissement en négligeant le bon fonctionnement de la ligne.
      • Avant la suspension, la SNCF a fait en sorte de limiter au maximum le nombre de trains
      • Il est plus facile de fermer une ligne qui n’a plus de trafic, ajoute-t-elle.
    • Pour la SNCF :
      • le mal était fait et il fallait intervenir pour ne pas nuire à la sécurité des passagers.

Lire l’intégralité du dossier sur :


Dimanche 14 Mars 2021 à 10h30 en gare de Thiers (63), les citoyens ont la parole. Venez vous exprimer et montrer votre attachement à la ligne Clermont Ferrand-Saint Etienne, une ligne structurante de desserte fine de la montagne Thiernoise et bien au-delà reliant 2 grandes Métropoles de la Région Auvergne Rhône-Alpes. Le train, puissant vecteur d’aménagement du territoire pour 1 million d’habitants.

2016 – La région #AuvergneRhoneAlpes assume la fermeture de Boën Thiers

La région annonce un plan de 264 millions d’euros avec SNCF Réseau et les collectivités locales. Mais assume la fermeture totale de 50 kilomètres.

La région assume la fermeture totale de 50 kilomètres sur des axes relevant de sa seule responsabilité : Oyonnax-Saint-Claude (30 voyageurs en moyenne) et Boën-Thiers (30 voyageurs aussi, sur une ligne qui nécessiterait 40 millions d’euros de travaux). Elles seront remplacées par des cars.

Lire l’intégralité de l’article sur :


Dimanche 14 Mars 2021 à 10h30 en gare de Thiers (63), les citoyens ont la parole. Venez vous exprimer et montrer votre attachement à la ligne Clermont Ferrand-Saint Etienne, une ligne structurante de desserte fine de la montagne Thiernoise et bien au-delà reliant 2 grandes Métropoles de la Région Auvergne Rhône-Alpes. Le train, puissant vecteur d’aménagement du territoire pour 1 million d’habitants.