25 avril 2016 [On ressort les dossiers] Episode 4. France 3 Actualités Loire Journal de 19h du lundi 25 Avril 2016.@auvergnerhalpes @laurentwauquiez @jjqueyranne

25 avril 2016 [On ressort les dossiers] Episode 4. France 3 Actualités Loire Journal de 19h du lundi 25 Avril 2016.

Le début d’année est souvent propice à l’archivage des dossiers, il permet également par la même occasion de se replonger dans les évènements qui ont conduit à la suspension de la section Boën Thiers.

Dans ces archives, nous vous proposerons de nous replonger en 2016, en mettant en ligne quelques publications officielles dont des communiqués de presse, déclarations, articles, courriers et reportages TV de l’époque avec les principaux protagonistes concernés.

La plupart de ces publications sont extraites de la page web de l’ancienne pétition initiée en avril 2016 par Robert REGEFFE actuel 3ème adjoint à la Mairie de Boën.

Nous allons dérouler ici une partie de la chronologie des évènements autour de la suspension du tronçon Thiers Boën fin Mai 2016.

Journal télévisé France3 Actualités Loire du 25 avril 2016 :

Le précédent exécutif régional s’était engagé à financer les travaux de modernisation de ce tronçon. Une promesse de Jean-Jack Queyranne dont Laurent Wauquiez, nouveau président de la région Auvergne Rhône-Alpes, n’a pas trouvé trace.

Le train, colonne vertébrale des mobilités, puissant vecteur d’aménagement du territoire entre 3 grandes métropoles de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et levier incontournable de la transition écologique et sociale.

Fermetures de lignes, souffrance des territoires : l’exemple accablant de Saint-Etienne-Clermont-Ferrand entre Boën et Thiers. @auvergnerhalpes @laurentwauquiez @JPFarandou @jjqueyranne @Aguilera_Fred

Nous remettons en ligne un article du blog Raildusud qui fait office de référence dans le milieu ferroviaire et l’analyse des externalités socio-économiques à l’échelle des territoires concernés.

Article daté de mars 2020.

Ci-dessous quelques passages :

L’impact d’une fermeture de ligne se mesure non seulement à la dégradation et à la dispersion des services une fois transférés sur route, mais aussi à l’appauvrissement de l’attractivité des localités desservies.

On trouve là un exemple frappant de la façon dont l’Etat français se débarrasse de ses responsabilités sur les collectivités locales de la France « périphérique » pour le maintien d’un réseau ferré national qui lui appartient.

Noirétable dispose d’un casino dont les restaurants depuis cette année n’ouvrent plus que les fins de semaines. La commune a perdu 15% de sa population entre 1975 et 2017 et 7,62% depuis 1990. Chabreloche a perdu 18,12% de sa population de 1968 à 2017 et 11,66% depuis 1990.

Notons qu’un parcours depuis une gare SNCF jusqu’à un arrêt propre aux cars départementaux n’est pas commercialisé à un guichet ou sur le site SNCF. Là encore, la rationalité de la gestion de l’argent public est éblouissante.

Ce bout de France est pourtant située sur un axe ferroviaire structurant qui relie deux grandes villes… mais qui n’a pas le privilège de s’inscrire dans l’étoile française sur-centralisée menant à Paris.

 Le train, colonne vertébrale des mobilités, puissant vecteur d’aménagement du territoire entre 3 grandes métropoles de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et levier incontournable de la transition écologique et sociale.

 

Développer les petites lignes ferroviaires: Le #Cerema a organisé un webinaire avec les retours d’expériences de 3 projets en France et à l’étranger, sur leurs enjeux et principes d’exploitation.

25 avril 2016 [On ressort les dossiers] Episode 3. Le pays d’Astrée se mobilise pour sauver sa ligne ferroviaire. #AuvergneRhoneAlpes

25 avril 2016 [On ressort les dossiers] Episode 3. Le pays d’Astrée se mobilise pour sauver sa ligne ferroviaire.

Le début d’année est souvent propice à l’archivage des dossiers, il permet également par la même occasion de se replonger dans les évènements qui ont conduit à la suspension de la section Boën Thiers.

Dans ces archives, nous vous proposerons de nous replonger en 2016, en mettant en ligne quelques publications officielles dont des communiqués de presse, déclarations, articles, courriers et reportages TV de l’époque avec les principaux protagonistes concernés.

La plupart de ces publications sont extraites de la page web de l’ancienne pétition initiée en avril 2016 par Robert REGEFFE actuel 3ème adjoint à la Mairie de Boën.

Nous allons dérouler ici une partie de la chronologie des évènements autour de la suspension du tronçon Thiers Boën fin Mai 2016.

Article de presse du Progrès daté du 24 avril 2016 :

Le train, colonne vertébrale des mobilités, puissant vecteur d’aménagement du territoire entre 3 grandes métropoles de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et levier incontournable de la transition écologique et sociale.

12 avril 2016 [On ressort les dossiers] Episode 2. Motion du “coup de gueule des Maires” Communauté de communes du Pays d’Astrée. #AuvergneRhoneAlpes

12 avril 2016 [On ressort les dossiers] Episode 2. Motion du “coup de gueule des Maires” Communauté de communes du Pays d’Astrée.

Le début d’année est souvent propice à l’archivage des dossiers, il permet également par la même occasion de se replonger dans les évènements qui ont conduit à la suspension de la section Boën Thiers.

Dans ces archives, nous vous proposerons de nous replonger en 2016, en mettant en ligne quelques publications officielles dont des communiqués de presse, déclarations, articles, courriers et reportages TV de l’époque avec les principaux protagonistes concernés.

La plupart de ces publications sont extraites de la page web de l’ancienne pétition initiée en avril 2016 par Robert REGEFFE actuel 3ème adjoint à la Mairie de Boën.

Nous allons dérouler ici une partie de la chronologie des évènements autour de la suspension du tronçon Thiers Boën fin Mai 2016.

7 avril 2016 : Motion votée en conseil communautaire par la  communauté de communes du Pays d’Astrée aujourd’hui intégrée dans la communauté d’agglomération Loire Forez :


Par la présente motion, nous vous faisons part de nos très fortes inquiétudes concernant les conditions d’exploitation de la ligne ferroviaire St Etienne / Montbrison / Clermont Ferrand.

Ces dernières années, la forte dégradation de la voie ferroviaire sur certains tronçons a entraîné une limitation de vitesse. A ce jour, la vitesse autorisée par les trains sur la section entre Boën et Clermont Ferrand varie entre 30 et 60 km/h avec des tronçons de voie pour lesquels la vitesse est même réduite à 10 km/h. En conséquence, la détérioration de ces conditions de desserte impacte fortement nos usagers du service ferroviaire.

D’une part, le temps de parcours par le mode ferroviaire pour relier St Etienne à Clermont Ferrand a considérablement augmenté.

D’autre part, des liaisons par autocars, en substitution des trains, ont été mises en place pour assurer la desserte entre St Etienne et Clermont-Ferrand. Si en 2013, les usagers du réseau ferroviaire pouvaient bénéficier de 5 allers/retours par train direct pour cette liaison ferroviaire, à ce jour, ces mêmes usagers ne disposent plus que d’un seul aller/retour quotidien par train.

Ces derniers jours, nous avons été informés du fait que la dégradation de cette desserte ferroviaire serait encore plus accentuée dans les semaines à venir. En effet, à compter du 4 avril prochain, la mise en œuvre d’un plan de transport adapté lié au manque de ressources conducteurs va engendrer la suppression de 3 trains en semaine (un au départ de Montbrison à 7h19 pour St Etienne et 2 au départ de St Etienne 06h05 et 18h46 en direction de Montbrison).

L’ensemble de ces dégradations ne font qu’alimenter les rumeurs de fermeture de cette liaison ferroviaire. Pourtant, celle-ci figure parmi les lignes prioritaires qui devraient pouvoir bénéficier d’un accompagnement financier dans le cadre du CPER 2014-2020 avec comme objectif une régénération de la voie. 76 millions d’euros y étant inscrits au titre du contrat Rhône-alpin.

Pour notre territoire, cette ligne ferroviaire représente une armature essentielle, elle en constitue en quelque sorte l’épine dorsale. Demain, sur la base du schéma de la refonte de la carte intercommunale adopté par Monsieur le Préfet de la Loire fin mars 2016, cette liaison ferroviaire sera intégrée au sein d’un même territoire pour l’ensemble de la section entre Bonson et Noirétable. La poursuite de cette liaison avec Thiers puis Clermont-Ferrand est également essentielle pour la connexion entre les deux départements, au cœur de la nouvelle grande Région.
L’ensemble des élus du pays d’Astrée, tout comme ceux de Loire Forez et des montagnes du Haut Forez dans le département de la Loire, mais aussi ceux de la Montagne Thiernoise et de Thiers communauté dans le département du Puy de Dôme, se sont mobilisés et souhaitent véritablement promouvoir et soutenir le transport ferroviaire, nécessaire au désenclavement de certaines parties de nos territoires et primordial pour l’attractivité de notre monde rural et le maintien d’un bon niveau de services à la population.

Aussi, nous vous faisons part de notre volonté ferme de maintenir cette ligne ferroviaire et de voir apparaître des améliorations sur l’exploitation de cette dernière. Nous en appelons à la mobilisation de tous nos confrères élus : locaux, départementaux, régionaux et nationaux.

Le Président

Pierre DREVET

Motion votée en conseil communautaire le 7 Avril 2016


Le train, colonne vertébrale des mobilités, puissant vecteur d’aménagement du territoire entre 3 grandes métropoles de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et levier incontournable de la transition écologique et sociale.

10 avril 2016 [On ressort les dossiers] Episode 1. Coup de gueule des maire de la Loire. @auvergnerhalpes @laurentwauquiez @PatrickMignola @jjqueyranne

10 avril 2016 [On ressort les dossiers] Episode 1. Coup de gueule des maire de la Loire.

Le début d’année est souvent propice à l’archivage des dossiers, il permet également par la même occasion de se replonger dans les évènements qui ont conduit à la suspension de la section Boën Thiers.

Dans ces archives, nous vous proposerons de nous replonger en 2016, en mettant en ligne quelques publications officielles dont des communiqués de presse, déclarations, articles, courriers et reportages TV de l’époque avec les principaux protagonistes concernés.

La plupart de ces publications sont extraites de la page web de l’ancienne pétition initiée en avril 2016 par Robert REGEFFE actuel 3ème adjoint à la Mairie de Boën.

Nous allons dérouler ici une partie de la chronologie des évènements autour de la suspension du tronçon Thiers Boën fin Mai 2016.

C10 avril 2016 : coupure journal sur le mécontentement de l’assemblée des Maires de la Loire.

Le train, colonne vertébrale des mobilités, puissant vecteur d’aménagement du territoire entre 3 grandes métropoles de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et levier incontournable de la transition écologique et sociale.

Le transport ferroviaire est-t-il sur de bons rails ? – 28 Minutes – ARTE – #AuvergneRhoneAlpes

Le train, après une longue période d’essoufflement, reprend le chemin des rails, à la faveur notamment des enjeux climatiques. Ce moyen de transport est-il sur le point de surpasser tous les autres ? Débat.

Le train, colonne vertébrale des mobilités, puissant vecteur d’aménagement du territoire entre 3 grandes métropoles de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et levier incontournable de la transition écologique et sociale.

[2016] On ressort les dossiers – @auvergnerhalpes @laurentwauquiez @PatrickMignola @SNCFReseau @jjqueyranne

[2016] On ressort les dossiers.

Le début d’année est souvent propice à l’archivage des dossiers, il permet également par la même occasion de se replonger dans les évènements qui ont conduit à la suspension de la section Boën Thiers.

Dans ces archives, nous vous proposerons de nous replonger en 2016, en mettant en ligne quelques publications officielles dont des communiqués de presse, déclarations, articles, courriers et reportages TV de l’époque avec les principaux protagonistes concernés.

La plupart de ces publications sont extraites de la page web de l’ancienne pétition initiée en avril 2016 par Robert REGEFFE actuel 3e adjoint à la Mairie de Boën.

Nous allons dérouler ici une partie de la chronologie des évènements autour de la suspension du tronçon Thiers Boën fin mai 2016.

Rendez-vous dès le 6 janvier 2022 pour la mise en ligne sur nos réseaux sociaux ainsi que sur le site letrain634269.org de ces archives de 2016.

Le train, colonne vertébrale des mobilités, puissant vecteur d’aménagement du territoire entre 3 grandes métropoles de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et levier incontournable de la transition écologique et sociale.

 

La région Grand-Est investit plusieurs millions € dans la réouverture de la ligne Saint-Dié Epinal. @JeanROTTNER @regiongrandest @auvergnerhalpes @laurentwauquiez @JeanCASTEX

La région Grand-Est investit plusieurs millions d’euros dans la réouverture de la ligne Saint-Dié Epinal.

C’est une tendance qui se confirme dans plusieurs régions, la réouverture avec l’État de plusieurs petites lignes, dernier exemple en date avec la région Grand-Est qui a vu la réouverture de la ligne Saint-Dié Epinal fermée depuis 2018.

Grâce à la mobilisation du président du conseil régional Grand-Est Les Républicains Jean ROTTNER, la ligne Saint-Dié Epinal a pu rouvrir grâce à un partenariat avec l’État. L’occasion pour le Premier ministre Jean CASTEX de faire plusieurs annonces au sujet des petites lignes.

Réouverture d’Epinal-Saint-Dié : tardives promesses gouvernementales pour 9.200 km de lignes des territoires oubliés

Comme Boën-Thiers, Epinal-Saint Dié était peu utilisée à cause d’une offre squelettique et  de sa dégradation (RailduSud).

Le premier ministre Jean Castex a inauguré ce dimanche matin la réouverture de la ligne de train reliant Saint-Dié-des-Vosges à Epinal, fermée depuis trois ans. Deux ans de travaux et 21 millions ont été nécessaires pour la rénover.

En 2016, en Auvergne-Rhône-Alpes, peu de temps après son élection le président de Région Laurent WAUQUIEZ retirait du Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020 la réouverture de la section Thiers Boën aboutissant à la suspension de la liaison Clermont-Ferrand Saint-Étienne et constituant ainsi la plus grande absurdité ferroviaire et d’aménagement du territoire que la France ait connu en ce début de 21ème siècle cédant ainsi au fatalisme, défavorisant le lien social, le pouvoir d’achat de plusieurs dizaines de milliers d’habitants entre Thiers et Boën mais aussi à la déconnexion de 2 des 5 plus grandes métropoles (700 000 habitants, agglomérations comprises) de l’une des régions les plus riches de France. De ce fait, il s’agit d’un cas de figure qui fait du sujet Boën Thiers la risée des observateurs ferroviaires même au-delà de nos frontières que ce soit en Allemagne ou en Italie.

Pour mieux illustrer le non-sens de la fermeture du tronçon central Boën Thiers, l’exploitation en navette ferroviaire aux extrémités (Clermont-Ferrand, Thiers et Saint-Étienne Montbrison) est coûteuse, elle complique le cadencement et surtout l’augmentation des dessertes. Faire circuler moins de trains entre Clermont-Ferrand, Thiers et Boën Saint-Étienne coûte finalement plus cher que l’inverse.

Une étude de 2007 démontrait qu’avec 3 rames il était possible d’assurer un cadencement à 8 allers-retours aux 2 heures entre Clermont-Ferrand et Saint-Étienne pour un temps de trajet de 1h50 et permettant ainsi de réaliser d’importantes économies d’échelles sur les 3 sections ferroviaires (Clermont-Thiers, Thiers-Boën et Boën Saint-Étienne) en amortissant les frais fixes de l’infrastructure ferroviaire et son exploitation.

Rappelons que l’investissement ferroviaire est amortissable sur plusieurs dizaines d’années.

Une partie des 50 millions d’euros nécessaires retiré par Laurent WAUQUIEZ pour le  maintien de la continuité ferroviaire de la ligne Clermont-Ferrand Saint-Étienne a été compensée par les externalités négatives économiques générées à l’échelle d’un territoire de près de 1 million d’habitants entre Clermont-Ferrand et Saint-Étienne sans compter le surcoût évoqué ci-dessus. Un choix politique désastreux complété par une approche comptable et court-termiste qui ne tient pas compte des conséquences économiques de l’enclavement induit sur la région concernée à moyen et long-terme. Le rail unit les territoires, il apporte la vie dans les campagnes dont il relie les bourgs les uns aux autres et aux métropoles, il contribue ainsi à un lien social entre les territoires.

Depuis la fermeture de la section Boën Thiers, le train a été remplacé par une offre de transport par autocar catastrophique, indigne, sous-fréquentée favorisant l’isolement dans une zone de moyenne montagne et ayant largement favorisé le report modal vers la voiture comme le relate un article paru dans la presse locale début décembre 2021 :

En 2018, la région Auvergne-Rhône-Alpes a investi 5 millions d’euros pour rouvrir la section Boën Montbrison (18 km), montant dérisoire comparé aux investissements consentis conjointement par l’État et d’autres régions qui ont dépassé les plans de sauvetage pour mener une politique ambitieuse en faveur du remaillage territorial par le transport ferroviaire et la réouverture des « petites lignes » de train.

Récemment la région Occitanie a investi 800 millions d’euros pour la réouverture des petites lignes dans son territoire complété par 800 millions d’euros de l’État. Soit 1,6 milliards en faveur du ferroviaire.

Aujourd’hui le président de Région maintient sa position, allant contre le sens de l’histoire, de l’intérêt général et de la dynamique en faveur du ferroviaire aussi bien en France qu’en Europe, délaissant un puissant outil d’aménagement du territoire et arguant que la gestion et l’entretien de l’infrastructure relèvent de l’État et non des régions. De ce fait la région Auvergne-Rhône-Alpes s’isole ainsi de plus en plus des régions voisines qui investissent de plus en plus massivement dans la réouverture des petites lignes avec le concours de l’État.

« Le train sera le mode de transport du 21ème siècle s’il survit au 20ème siècle ». Louis ARMAND, président de la SNCF de 1955 à 1958.

Le train, colonne vertébrale des mobilités, puissant vecteur d’aménagement du territoire entre 3 grandes métropoles de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et levier incontournable de la transition écologique et sociale.

Bonne année 2022 – #AuvergneRhoneAlpes

Toute l’équipe du train634269 vous souhaite une bonne et heureuse année 2022, pleine de bonheur, la santé et pleine de joie pour les 365 jours à venir !

Le train, colonne vertébrale des mobilités, puissant vecteur d’aménagement du territoire entre 3 grandes métropoles de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et levier incontournable de la transition écologique et sociale.