Massif Central Ferroviaire : les suspensions, ça commence à bien faire. Et les damnés des territoires lèvent le poing.

Les fossoyeurs du rail ont mis au point deux types de suspension. D’abord la suspension réelle. C’est le cas, par exemple, des sections de Laqueuille à Ussel et de Thiers à Boên : on a ainsi rogné les ailes à Clermont Ferrand.

Il y a ensuite la suspension virtuelle, aussi insidieuse qu’efficace.

Recette n° 1 : limiter drastiquement le nombre des circulations. C’est le cas de la partie nord de la ligne des Causses, où Saint Flour n’est desservie que par un seul train quotidien dans chaque sens (enfin, sur le papier).

Recette n° 2 : tronçonner un itinéraire en barreaux indépendants, afin qu’aucun convoi ne relie ses deux extrémités, et rendre toute correspondance entre les barreaux impossible ou hasardeuse. C’est le cas de la transversale Bordeaux – Lyon, où plus personne ne se risque ne serait-ce qu’à relier deux départements voisins.

Recette n° 3 : pourrir la vie des usagers. C’est le cas de la radiale Paris – Clermont Ferrand, où il ne se passe pas une semaine, voire un jour, sans qu’un Intercités ne connaisse plusieurs heures de retard.

Avec la fermeture des guichets, avec l’érosion des dessertes, avec l’abandon des lignes, avec le regroupement des technicentres loin du front, avec la généralisation de la commande centralisée, avec le recours à la sous-traitance, à l’externalisation, voire à la concurrence, sans même attendre l’avènement du train autonome, y-aura-t-il encore un agent SNCF en 2025 dans le Massif Central?

La ligne Saint-Etienne-Clermont-Ferrand : manifestation le 31 janvier à Boën pour refuser la fermeture définitive de Boën-Thiers

L’interruption de tout trafic sur la section centrale (48 km) de la ligne  Saint-Etienne-Clermont-Ferrand (145 km) en juin 2016 restera l’un des gros points noirs de la mandature régionale qui s’achève en Auvergne-Rhône-Alpes.

A ce jour, plus aucun train ne circule entre Boën et Thiers. Une forte mobilisation s’est manifestée depuis, avec une série d’actions (1) qui se poursuivent en ce début d’année. Le dimanche 31 janvier, le Collectif Clermont-Ferrand-Thiers-Boën-Saint-Etienne-Lyon organise un important rassemblement en gare de Boën pour exiger la réouverture au trafic de cette ligne qui relie deux métropoles de la même région, Clermont-Ferrand et Saint-Etienne, et au-delà entre l’Auvergne à l’ouest et la vaste métropole lyonnaise à l’est.

« Si d’ici juillet 2021 rien ne bouge, la section sera fermée »

Ce rassemblement est d’autant plus important, estiment les organisateurs, que « si d’ici Juillet 2021 rien ne bouge, la section sera fermée », confie Pierre-Olivier Messner, l’un des responsables du Collectif. Il s’agirait alors d’un véritable coup de poignard pour cette région active qui perdrait ainsi un axe structurant essentiel. Retirée du catalogue du Réseau ferré national où elle figure sous le numéro 784.000, la section formellement « fermée » ne serait plus entretenue que pour assurer la sécurité des tiers et sa réouverture impliquerait une longue et coûteuse procédure, très peu probable.

Les conseils départementaux de la Loire et du Puy-de-Dôme soutiennent cette manifestation, de même que les intercommunalités du Pays d’Urfé (Saint-Just-en-Chevalet) et de Thiers-Dore-Montagne (Thiers), qui comptent respectivement 5.200 et 37.500 habitants. La municipalité de Boën soutient depuis le début l’action pour la réouverture de la section neutralisée.
…/…

Officiellement fermée, Boën-Thiers rejoindrait, dans le vaste cimetière français des infrastructures ferroviaires régionales abandonnées, la section Commentry-Moulins, autre ligne structurante de la même région officiellement « fermée » voici un an et demi.
…/…

Le « très grand Lyon » cumule trois millions d’habitants, le Puy-de-Dôme 655.000 habitants
…/…

Le sort de la section Boën-Thiers constituera un thème porteur pour la campagne des élections régionales qui auront lieu en juin prochain.
…/…

Lire l’intégralité de la page sur :

L’État ( @JeanCASTEX ) doit cesser de faire croire que ligne @saint_etienne_ <> @ClermontFd se limite à #Montbrison. En réalité en service jusqu’à #Boën et coupée jusqu’à @villedethiers depuis 2016 faute d’investissement.

Raildusud : l’observateur ferroviaire du grand Sud-Est

Le chemin de fer est indispensable à toutes nos villes et ne doit pas être l’apanage de la seule région-capitale. Les lignes transversales, régionales et interrégionales doivent contribuer à une France multipolaire.

Elus, associations et habitants ont créé un collectif pour la réouverture de Thiers-Boën, sacrifiée par SNCF Réseau et la Région

La colère contre l’interruption de la liaison ferroviaire Saint-Etienne-Clermont-Ferrand s’est structurée. Lors de réunions tenues les 22 et 25 septembre s’est constitué un Collectif de défense de la liaison ferroviaire Thiers-Boën (48 km). Cette section de la ligne reliant les deux grandes villes est neutralisée depuis plus de quatre ans par SNCF Réseau. L’objectif du Collectif est clair : la réouverture de ce tronçon qui avait été délibérément laissé en déshérence durant des décennies, préparant une fermeture à l’évidence souhaitée par la bureaucratie parisienne.

L’action de ce collectif s’est illustrée par une série de manifestations les 18 et 19 octobre qui a permis d’obtenir une réunion de concertation en novembre et, in fine, la suspension des travaux de dépose de voies au droit de passages à niveau (lire l’article de raildusud du 25 octobre)

Ligne de vie #ClermontFd #Saint_Etienne #Lyon : Répondant à @AndreChassaigne @JPFarandou botte en touche et renvoie élus et usagers vers ses obligés.