Une ligne ferroviaire fantôme dans les monts du Forez.

Mobilité Inaugurée en 1877 après seize années de travaux titanesques, la voie ferrée Saint-Étienne-Clermont est empruntée jusqu’en 2016. L’itinéraire est aujourd’hui coupé en son milieu. On ne circule plus sur le tronçon Thiers-Boën, à l’abandon.

Des touffes d’herbes folles dévorent le ballast. Enchaînés aux ronciers, les profilés d’acier labourent la vallée. Raides comme deux tiges de cire froide. Aucune flamme ne brûle plus en ces lieux. Quatre ans que les trains régionaux ont cessé d’arpenter la campagne.
…/…

Les riverains de la route 89 s’en émeuvent. Les marchandises, entassées à bord des wagons, n’arrivent plus. Avec cet aménagement, c’est toute une vallée, toute une ville – Thiers- qu’on asphyxie.
…/…

On rallie alors Thiers en deux heures au départ de Boën, via les gares de Sail-sous-Couzan, L’Hôpital-sous-Rochefort, Saint-Thurin et Noirétable.
…/…

Lire l’intégralité de l’article sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *